top of page
Kari randonnée au dessus d'un fjord
  • Photo du rédacteur Kari & Jonathan

Hardangervidda


Jonathan dans la neige portant le regard au loin de nuit

Hardangervidda en février est connu pour ses conditions météorologiques très difficiles avec des jours blancs, des vents violents et de fortes chutes de neige. C'est précisément ces conditions que nous recherchions, car nous voulions nous entraîner dans des conditions difficiles afin d'acquérir de nouvelles compétences et d'être mieux préparés pour des expéditions plus longues dans des endroits encore plus reculés.


Nous avons déjà fait l'expérience de vents violents, de chutes de neige abondantes et de températures extrêmes, mais seulement pendant des périodes plus courtes. Cette fois-ci, nous voulions nous mesurer à des conditions encore plus difficiles et pendant plus longtemps. Disons que nous avons eu ce que nous cherchions.


En fait, Roald Amundsen a déclaré que son voyage le plus difficile et le plus dangereux s'est déroulé juste à cet endroit, car il a été surpris par une tempête pendant sa traversée. En d'autres termes, Hardangervidda n'est pas une plaisanterie.


Nous avons fait de notre mieux pour nous préparer à relever les défis. Nous avons établi une liste du matériel à emporter, l'avons vérifié plusieurs fois pour être sûrs de ne rien oublier, et nous avons apporté quelques modifications à notre équipement.


Certains diront que nous avons eu trop de problèmes avant même de prendre le départ. Jonathan venait de terminer un traitement antibiotique pour une infection au doigt, et Kari a dû s'arrêter aux urgences sur la route car elle avait également attrapé une infection. Tout cela, en plus de quelques complications avec certains équipements.


À ce stade, nous ne pouvions plus faire marche arrière. Nous devions trouver des solutions, car nous étions déterminés et tellement excités de commencer. Ainsi, à l'approche de Finse, nous avons chaussé nos skis et nous nous sommes mis en route. Nous étions très heureux d'être enfin là, de nous éloigner lentement des chalets et de pénétrer dans la blanche et merveilleuse nature sauvage.


À partir de là, nous avons passé nos journées à marcher, en avançant lentement. Nous avons alterné entre celui qui faisait la trace et celui qui suivait derrière. Dès le début, nous avons rencontré des vents assez forts, qui faisaient un bruit de fond constant. Tandis que le voile blanc effaçait complètement les paysages autour de nous, il ne nous restait plus que divaguer dans nos pensées. Nous nous divertissions en réfléchissant aux événements passés et en pensant aux idées et aux rêves futurs.


Les journées étaient longues lorsque nous marchions pendant des heures avec pour seule compagnie le bruit du vent et rien d'autre à voir que la pointe de nos skis. La plupart du temps, la neige était humide et collante, et de gros paquets de neige restaient coincés sous nos skis. Chaque pas était un effort. Les heures passaient lentement, mais le compteur kilométrique du GPS était presque immobile.


Les prévisions météorologiques nous avertissaient de l'arrivée d'une tempête. Nous avons fait en sorte de sécuriser au mieux la tente et nous avons construit un mur de neige dans la direction du vent. Nous avons dû nous faire confiance en allant nous coucher ce soir.


Nous nous sommes réveillés lorsque le vent a commencé à souffler comme un fou. La tente tremblait et nous a tenus éveillés toute la nuit. Le bruit et les vibrations étaient effrayants et nous avions peur que la tente se déchire ou s'effondre. Au milieu de la nuit, nous avons dû sortir de nos sacs de couchage, mettre des vêtements et sortir pour enlever la neige de la tente afin de ne pas risquer d'être ensevelis.


Le matin, le vent s'était un peu calmé et nous avons pu récupérer quelques heures de sommeil avant de préparer le petit-déjeuner. Mais avant que nous nous en rendions compte, le vent s'était remis à souffler. La tente tremblait comme jamais auparavant. Lorsque nous sommes sortis, nous avons découvert une tente complètement recouverte de neige, le vent était extrêmement fort et il soufflait et neigeait de tous les côtés. Nous n'avions jamais vu autant de neige.


Nous étions terrifiés. Nous ne voyions absolument rien, tout était blanc autour de nous et nous étions violemment giflés par la neige et le vent sans interruption. Nous avons enlevé la neige du mieux que nous pouvions, mais rien n'y faisait, elle revenait aussi vite. C'était comme nager à contre-courant sans jamais atteindre le rivage...


Le mur de neige que nous avions construit la veille ne servait plus à rien car le vent avait complètement tourné. Nous avons commencé à en construire un nouveau de l'autre côté de la tente. Nous l'avons construit aussi haut et solide que possible, et nous avons continué à enlever la neige pour éviter que la tente ne disparaisse sous la neige.


Cela a duré toute la journée. Nous étions totalement épuisés et terrifiés. Nous ne pouvions pas nous endormir car nous devions continuer à lutter contre la neige pendant la nuit. À ce moment-là, nous nous sommes retrouvés à plus d'un mètre et demi sous le niveau du sol.


Lorsque la tempête s'est enfin calmée après 36 heures passées dans la tente, nous avons dû creuser très profondément pour trouver les ancres à neige et même nos skis. Le vent soufflait toujours aussi fort, mais nous avons pu avancer et poursuivre le voyage.


Comme nous n'avions pas vraiment dormi les deux nuits précédentes, nous étions prêts à passer une bonne nuit sans avoir à aller déneiger pendant la nuit. Nous avons monté la tente et cuisiné avant de nous coucher très tôt.


Le vent était plus calme, mais nous étions toujours sur nos gardes suite à l'expérience effrayante que nous avions vécue les nuits précédentes. C'est pourquoi Kari s'est réveillée très rapidement lorsqu'elle a soudainement entendu un grand "BOOM !", sans savoir s'il s'agissait d'une grosse avalanche à proximité ou du glacier qui se fissurait.


C'est ainsi que les jours ont passé, nous avons mené notre petite vie avec routine. Nous avons connu plusieurs jours et nuits de tempête. Un après-midi, un orage nous a surpris alors que nous étions en train de monter la tente, ce qui a rendu l'opération très compliquée.


C'est comme si nous nous étions habitués à vivre au milieu des tempêtes. Nous devions construire des toilettes tous les jours pour nous protéger du vent et de la neige. Sécuriser la tente pour éviter qu'elle ne s'envole lorsqu'on la monte tous les soirs. Construire un grand nombre de murs de neige. Porter une quantité de neige dont nous aurions aimé connaître le poids total. Terminer chaque jour en écrivant notre journal, en espérant que Mère Nature nous protège pendant la nuit.


C'est de loin la chose la plus difficile que nous ayons faite (jusqu'à présent), et nous n'avons jamais été aussi heureux d'arriver à notre point d'arrivée, de pouvoir nous asseoir sur un siège dans le train, de prendre une douche, d'avoir un peu de confort et de ne pas avoir à lutter contre quoi que ce soit pendant un certain temps.


On pourrait se demander comment nous sommes restés motivés lorsque les conditions étaient compliquées et que les choses devenaient vraiment difficiles. La réponse est très simple : nous ne l'avons pas fait.


Ce qui nous a permis de tenir, c'est l'engagement que nous avons pris envers nous-mêmes et envers les autres, l'espoir que des moments plus faciles viendraient, le soutien mutuel et l'autodiscipline.

Nous n'avions pas d'autres choix que de continuer, de sortir de nos sacs de couchage chauds et confortables le matin, de continuer à parler même si nous étions fatigués et d'accomplir toutes les tâches nécessaires même si nous n'en avions pas vraiment envie.


Si nous devons attendre d'être motivés avant de commencer à prendre des mesures pour atteindre nos objectifs, nous pourrions attendre éternellement...



Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page